• Discours de la méthode

  • Pour bien construire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences
  • By: René Descartes
  • Narrated by: Jacques Bonnafé
  • Length: 2 hrs and 32 mins
  • Unabridged Audiobook
  • Release date: 11-18-04
  • Language: French
  • Publisher: Frémeaux & Associés
  • 5 out of 5 stars 5.0 (2 ratings)

Regular price: $28.29

Membership details Membership details
  • A 30-day trial plus your first audiobook, free.
  • 1 credit/month after trial – good for any book, any price.
  • Easy exchanges – swap any book you don’t love.
  • Keep your audiobooks, even if you cancel.
  • After your trial, Audible is just $14.95/month.
Select or Add a new payment method

Buy Now with 1 Credit

By confirming your purchase, you agree to Audible's Conditions of Use and Amazon's Privacy Notice. Taxes where applicable.

Buy Now for $28.29

Pay using card ending in
By confirming your purchase, you agree to Audible's Conditions of Use and Amazon's Privacy Notice. Taxes where applicable.

Publisher's Summary

Le Discours de la méthode est un texte composite, assez peu méthodique en vérité, qui touche à la morale, à la logique, aux sciences. La méthode proprement dite se résume en peu de règles : "ne recevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connusse évidemment être telle" ; "diviser chacune des difficultés que j'examinerais" ; "conduire par ordre mes pensées" et m'assurer, par des "dénombrements si entiers, et des revues si générales", de n'avoir rien omis dans ces "chaînes de raisons", sur le modèle des géomètres. Mais c'est cette économie même qui fait sa force : il faut commencer par mettre en doute tout ce que l'on croit connaître. Le Discours ne se donne donc pas comme un traité de la méthode, mais comme une simple invitation, qui engage l'auditeur à l'"essayer" à son tour. Il suppose donc (et expose) des acquis scientifiques. Mais simultanément, il fait table rase de l'édifice du savoir ancien. Descartes sait qu'il lui faudra désormais reconstruire : la morale du Discours se donne comme "provisoire", il y reviendra dans Les passions de l'âme (son dernier livre, 1649) ; rapidement esquissée, sa métaphysique appelle un développement, que seront les admirables Méditations métaphysiques (Mediationes de prima philosophia, le premier ouvrage publié sous son nom, en 1641). Le Discours esquisse ainsi le programme de la grande œuvre systématique à venir : les Principes de la philosophie (Principia philosophiae, 1644). Il marque le début du cartésianisme : point de référence obligé de tous les philosophes après lui, de la génération qui suit immédiatement Descartes (Spinoza, Leibniz, Malebranche, Locke) au criticisme de Kant et à la phénoménologie de Husserl - pour ne donner que quelques exemples.
Jacques Bonnaffé incarne scrupuleusement la pensée mécaniste de Descartes.
L'auteur
Né à Paris en 1840, Emile Zola passe son enfance à Aix-en-Provence. A la mort de son père, Emile Zola qui a dix huit ans entre au lycée Saint-Louis. Il passe les épreuves du bac à deux reprises, sans succès. En 1862 Zola entre aux éditions Hachette. Il rêve de devenir écrivain, écrit des poèmes et en propose un à son patron. Ce dernier impressionné le fait passer au service de presse. En quelques mois, il devient chef de la publicité. A partir de 1863, Zola collabore à différents journaux. Il a l'idée d'écrire un nouveau roman basé sur les lois de l'hérédité de plusieurs générations d'une famille qui aura pour nom Rougon-Macquart. De 1871 à 1890 au rythme des parutions, se succèdent succès et scandales. Eclate alors l'affaire Dreyfus. Emile Zola étudie ce dossier de plus près et acquiert la certitude que le capitaine Alfred Dreyfus est innocent. Son premier article parait dans le Figaro le 25 novembre 1897. Clemenceau le publie dans son journal l'Aurore sous le titre "J'accuse" le 13 janvier 1898. Menacé d'arrestation, Emile Zola se réfugie en Angleterre. Il apprend à son retour que sa cause a triomphé : le capitaine Alfred Dreyfus est reconnu innocent. Le 29 septembre 1902 Emile Zola meurt asphyxié dans sa chambre.

Le narrateur
Jacques Bonnaffé est passé par le Conservatoire de Lille, avant d'être engagé au théâtre de la Salamandre. Il effectue en 1980 ses premiers pas au cinéma. Il va enchaîner les films d'auteurs réputés exigeants, mais c'est peut-être sur scène que Jacques Bonnaffé donne sa pleine mesure. Il a joué une vingtaine de pièces depuis ses débuts. Il a également mis en scène lui-même plusieurs spectacles et est apparu dans de nombreuses fictions et séries télévisées.
© Frémeaux & Associés - Groupe Frémeaux Colombini S.A., 2003
© RMN
(P) Frémeaux & Associés - Groupe Frémeaux Colombini S.A., 2003
Show More Show Less

Critic Reviews

Ils en ont dit...
"Ce qui a fort plu... quand cette philosophie a commencé de paraître, c'est qu'on entendait ce que disait M. Descartes, au lieu que les autres philosophes nous donnaient des paroles qui ne faisaient rien comprendre comme ces qualités, formes substantielles, espèces intentionnelles, etc. Mais ce qui a surtout recommandé sa philosophie, c'est qu'il n'est pas demeuré à donner du dégoût pour l'ancienne, mais qu'il a osé substituer des causes qu'on peut comprendre de tout ce qu'il y a dans la nature."
Christaan Huygens (1629-1695), physicien et astronome

"Descartes, dans l'histoire de la pensée, ce sera toujours ce cavalier français qui partit d'un si bon pas."
Charles Péguy
Show More Show Less
No Reviews are Available
© Copyright 1997 - 2018 Audible, Inc